Blended-Learning…la guerre des TICs n’aura pas lieu !

L’approche blended-Learning devrait réconcilier les deux camps, mais de quoi s’agit-il ?

 


blended-209x300
Commençons par un peu de traduction, le terme « Blended-Learning » vient de l’anglais Blended qui signifie Mélangé   et de learning qui signifie apprentissage.Le blended-learning est une approche de formation qui combine et alterne des séances de formation classique en présentielle et des temps d’auto-formation à distance tutorés ou non.

Source de l’image : http://lewiscarr.co.uk/2014/05/10-predicted-e-learning-trends-for-201415/

Le blended joue avec la notion de temps et d’espace en ce sens qu’il peut être dispensé dans des lieux distants et à des horaires variables, en présence du formateur (mode synchrone) ou non (mode asynchrone). 

Relation synchrone Relation asynchrone
Intervention distancielle Le formateur et les apprenants partagent le même temps mais sont dans des espaces différents. (Classe virtuelle, webconférence) Les apprenants consultent des contenus e-learning à distance et à un horaire qui leur convient. Le formateur (ou un tuteur) peut effectuer un suivi à distance à un autre moment
Intervention présentielle Le formateur et les apprenants partagent le même temps et le même espace. Formation classique de face à face en salle.

 L’approche blende-learning peut vous permettre de digitaliser la partie transmissive et théorique  de votre formation et ainsi vous libérez du temps pour les mises en situations, du training, la prise en compte de cas ou de situations professionnelles sur lesquelles les stagiaires se questionnent ou veulent échanger. 

Bref, vous donnez du temps pour mettre en action et faciliter la validation et la bonne acquisition des savoirs,  savoir-faire et savoir-être, objectifs de votre formation, en laissant le rabâchage d’informations plus théoriques au e-learning. L’apprenant pourra y revenir quand et autant de fois qu’il le souhaite.

Avec le Blended-Learning, l’apprenant n’est pas lâché dans la nature, il peut participer aux regroupements présentiels (physique ou à distance) mais aussi solliciter, au moment où il en éprouve le besoin, un formateur ou un tuteur pour des réponses plus spécifiques, dialoguer et échanger avec ses pairs grâces aux outils de communications mis à disposition.

E-Learning… une vieille histoire dans l’air du temps !

 

E-learning, Blended-Learning, Full-learning, Distance-learning, Mobile-learning, MOOCs, SPOC…. voici quelques anglicismes qui en fait, cachent une vieille histoire.

Avec les nouvelles technologies du web, on parle aujourd’hui de formation en ligne, il faut juste se rappeler – où découvrir – qu’en 1728, un certain Caleb Phillips est l’un des premiers à avoir fait de la publicité pour des cours par correspondance dans la Gazette de Boston aux États Unis.

La formation à distance est donc une vieille histoire que l’apport des nouvelles technologies dans les 80-90 à remis sur le devant de la scène.


Anglia-Distance-Learning-Infographic
Source : Université Anglia Ruskin – Conçu par Médiaco cliquer sur l’image

En France, Lorsqu’on prononce le mot « e-learning », les réactions sont plutôt mitigées, du rejet, en passant par le scepticisme,  jusqu’à l’engouement inconditionnel. Pour les détracteurs les premières critiques sont la perte de contacts humains, le côté gadget de ces nouvelles technologies, la solitude de l’apprenant devant un écran, le manque de pérennité des outils et de la technologie du web. Les afficionados de leur côté mettent en avant l’autonomie de l’apprenant.