Creativity concept with man holding a tablet

MFEG 3 mois plus tard …

creperie sainte melaineCela fait trois mois que j’ai repris le chemin des amphi, des salles de classes et autres resto U.
Bon concernant ce dernier point, j’avoue que je file plus souvent à la crêperie Saint Melaine, la cantine du staff à vrai dire, je la recommande à tous les étudiants ou visiteurs de la ville de Rennes.

L’euphorie de la rentrée passée, le cartable rouge qui nous a été remis à l’entrée s’est alourdi de documents, de devoirs, de feuilles de présences et de cahiers…euh pardon de tablettes aux touches usées par le tapotement frénétiques de mes 10 doigts.

Le rythme s’est accéléré, les classes virtuelles se sont succédées avec parfois des petits soucis techniques, les devoirs pas du tout virtuels quant à eux, sont tombés en vrac sur la plateforme Totara. le ROI est mort vive la Servuction ! (seuls les initiés comprendront)

Au moment ou j’écris nous venons de terminer l’ENA, rien à voir avec la grande école d’administration bien connue, car il s’agit de nos premiers pas dans l’Environnement Numérique d’Apprentissage. Cela m’a permis de renouer avec mes premières amours d’ancienne informaticienne et de réactualiser mes connexions en la matière.

Les travaux de groupes ont commencé, pas toujours évident de se trouver, de travailler à distance, de frotter nos égos d’anciens élèves aux méthodes par toujours agiles. Pas si facile non plus pour l’université d’adapter son organisation aux nouvelles technologies et aux nouveaux modes d’apprentissage qui en découlent. Pas facile de s’extraire de quelques siècles de posture magistrale.

Classes inversées, comment s’y prendre sans marcher sur la tête dans une structure qui elle ne l’est pas vraiment inversée ?
Travail collaboratif, pédagogie en mode projet, s’appuient souvent sur l’illusion qu’en mettant à disposition des outils numériques synchrones et asynchrones, la coopération et la collaboration devrait en découler.
Or pour échapper à notre système éducatif qui tend encore à privilégier le travail individuel et à traiter la collaboration comme une tricherie méritant un zéro pointé, il faut faire évoluer nos mentalités et nos modes de pensées, évolution qui prend plus de temps que celle des nouvelles technologies.

Ce qui est encourageant et passionnant, c’est que cet esprit de collaboration est dans l’air du temps et pas seulement dans l’éducation, il touche le social, l’économie, l’organisation des entreprises… avec de nouveaux modèles qui privilégient la mutualisation et le partage des moyens. La révolution collaborative serait-elle en marche ?

Bon c’est pas le tout avant de faire la révolution, je retourne faire du Pecha Kucha, non ça n’est pas une nouvelle danse latino, mais un devoir à réaliser. Il fera sans doute l’objet de mon prochain article… ou pas !

Quelques articles qui ont inspirés ma pensée de la nuit :

 

 

 

 

4 commentaires

  1. Bravo Leïla pour ce retour d’expérience, en effet le rythme de la formation s’est accélérée, depuis quelques temps maintenant, le coeur des sujets de conversation s’est même fortement orienté dans mon entourage autour des méthodes pédagogiques, les solutions techniques, la gestion de projet Agile en terme de conception , etc. Les idées fleurissent et les projections sur l’avenir me fascinent, à présent après avoir capitaliser un nombre important d’informations qui nourrissent mes connaissances, j’ai hâte de pouvoir appliquer et partager ce savoir avec des personnes passionnées par ce beau métier d’enseignant.

    Aimé par 1 personne

Répondre à Azilis Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.